mercredi 27 août 2014

" Illustre moi 10 de tes fantasmes " -



**1**


Il y a bien longtemps qu'elle voulait connaître la morsure du serpent de cuir tressé. 


Elle s'imaginait déjà les mains attachées, les palpitations de son coeur se faisant plus lourdes, son souffle affolé, le doute qui arpenterait les recoins de son cerveau... 

Quand d'un coup une intense brûlure lui arrachera une timide lamentation, elle se préparera aussitôt au deuxième en serrant les dents pour ne pas laisser échapper un cri. 
Au fur et à mesure qu'elle devinera les zébrures se creuser dans sa peau opaline, elle se laissera bercer par l'effervescence des affres entre chaque flagellation,  pour ensuite les recevoir comme une libération. 

Elle sera ainsi marquée pour un temps, marquée de cet instant, marquée de cette nouvelle expérience, marquée d'eux, marquée de lui, marquée par lui.




**2**

  Apprenez moi à dire " Merci " 


**3**

                                                                             Là ? 
Tout de suite ? 
Maintenant ?
Comme ça ? 

" Tais- toi ! " 

Elle a juste senti son corps basculer, ses mains retenant ses hanches pour éviter qu'elle ne se fasse mal. Il lui somma de relever sa robe, et dans une hésitation elle piaffa. 

Là ?
Tout de suite ?
Maintenant ? 
Comme ça ? 

" Tais toi ! " 

Elle releva sa tunique, en regardant furtivement de gauche à droite , puis de bas en haut. Il déboucla sa ceinture, écarta le bout d'étoffe recouvrant la parcelle intime de la demoiselle, et s'y inséra. 

Là ?
Tout de suite ?
Maintenant ?
Comme ça ?

" Là maintenant je te mets au défi de rester muette ! "

**4**

Et si on avait une petite explication, Mademoiselle. 


**5**




Elle croyait dur comme fer en la transparence, à la délivrance qu'elle permettait.
S'en remettre à son jugement, appréhender celui ci mais le vouloir juste et sans appel. 
Confesser ses méfaits, avouer ses idées impures, confier ses secrets, concéder ses torts, révéler toute sa lubricité...
Comme un cadeau, un humble cadeau ... 
C'est ainsi que, passées les premières effusions, leurs retrouvailles débutaient. 




Entracte 


" Monsieur, pour moi ce sera un martini blanc " 


**6**

Se rappeler où est sa place, ou se la faire rappeler.


**7**

" Mademoiselle, avant ton départ je voulais t'offrir un petit quelque chose pour que tu ne m'oublies pas trop vite " 

A ces mots, elle se mit à sourire instantanément, grandissait en elle ce sentiment de matin de noël, et ses yeux brillaient d'émotion.
Il sorti de sa poche un petit pochon en satin noir, ficelé d'un ruban violet. Avant de le  lui donner, il lui demanda comment elle se sentait. 
Excitée comme une puce, évidemment. 
Un sourire malicieux habilla son visage lumineux. Elle ne se méfia pas une seconde, et ouvrit le sachet. 
Elle marqua un temps d'arrêt de stupeur, puis d'une légère déception pour finir avec une lueur rougeâtre sur les joues. 
Il embarqua la donzelle par le poignet dans un recoin de la gare, lui fit lécher l'offrande et l'implanta dans son con. 

" Tu ne pourras pas dire que je ne t'offre pas de bijou " 
Elle fit une mine boudeuse, ce qui le fit rire joyeusement. Il l'entraîna vers son train qui était sur le départ. Ils partagèrent quelques dernières embrassades. Et lui redemanda comment elle se sentait. 
Accrochée à son cou, elle glissa à son oreille : " J'ai l'impression d'emporter un peu de vous, merci Monsieur "

**8**

Que de contraintes, ce n'est vraiment pas juste.

**9**

J'en ai rien à cirer



Elle voulait la sentir encercler son cou, choir le long de son encolure, et trouver résidence en son sein. 

Elle voulait la sentir glisser le long de sa nuque, arpenter son échine jusque dans le creux de ses reins. 

Mais elle voulait par dessus tout sentir la fièvre se répandre sur sa peau, formant une seconde mue. 




**10**

" Elle t’offrira des feulements dans sa voix lorsqu’elle reprend son souffle    Qui s’échappent dans la cour pour aller faire gauler la Lune Des coups de bélier invoqués comme un miracle Qui veulent dire « Si tu t’arrêtes je meurs »  "




15 commentaires:

  1. Merci.
    Merci pour les images,
    Et surtout, merci pour les mots.
    A bientôt ;)
    M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous.
      Au plaisir de vous recroiser par ici.

      Supprimer
  2. Toujours du plaisir à lire et à regarder.

    RépondreSupprimer
  3. De belles petites histoires très agréable à lire.

    RépondreSupprimer
  4. beaux textes, splendides photos, belle âme
    merci farore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohhh quelle joie de vous relire :)
      Merci pour votre passage.

      Supprimer
  5. je reviens finalement, après quelques déboires. Et relance un blog...l'autre a sombré. :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra ma transmettre le lien alors.
      Au plaisir de vous lire.

      Supprimer
    2. hadrien-et-ses-ombres.blogspot.com. Il n'y a encore qu'un article

      Supprimer
  6. très envoûtant, ce billet. Je reconnais bien quelques uns de mes penchants... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Farore ( lèvre mordue )21 septembre 2014 à 21:39

      Merci Fraise. Bisous.

      Supprimer
  7. Hé bien, c'était beau, poétique, enchanteur. Je me reconnais bien dans la vidéo du fantasme numéro 6 :)

    RépondreSupprimer