lundi 7 août 2017

Rien qu'une petite vicieuse






Elle frétille d'impatience lorsqu'elle entend la voiture à l'approche de la maison.
Des semaines qu'elle ne la pas vu, un déplacement par çi, un déplacement par là, elle ne pense qu'à une chose : se lover dans ses bras.
A peine a t-il pris place dans l'allée qu'elle coure à sa rencontre, puis se jette à son cou.
Malgré les heures de route, il est lui aussi très heureux de la retrouver et l'emmaillote tendrement.
Elle tente de lui faire promettre de ne plus la quitter si longtemps, son coeur fond mais c'est ainsi, alors il la sert encore plus fort.
Il lui demande comment elle va, mieux depuis qu'il est là, elle lui demande s'il a fait bonne route, longue et bouchonneuse.

Elle lui murmure alors : " J'ai envie de toi ! ''. Il lui sourit, lui souffle d'attendre encore un peu, qu'ils ne sont pas seuls, que le moment viendra très vite. Vexée, elle se fait malicieuse :
" Ah oui tu es sur ? " Il se doute qu'elle a une idée derrière la tête, alors il sourit et hoche la tête.
" Très bien, comme tu veux, mais je vais être indécente et c'est toi qui me suppliera pour qu'on aille s'isoler ''.
Il tente de la rassurer, que ça viendra vite, qu'il faut qu'elle soit raisonnable, qu'il ne faut pas qu'elle se donne en spectacle.
Elle le snobe du regard : '' Indécente je t'ai dit ''
Il agrippe fermement son poignée : " Je te le déconseille, jeune fille, tu vas rester très sage jusque ce qu'en décide autrement "
Malicieuse, elle lui demande ce qu'il se passera sinon. Il lui prend la nuque et l'amène vers son oreille, il bloque son visage d'un doigt pour qu'elle ne puisse se dérober : " Et bien sinon, je te mets une fessée devant tes amis "
Boudeuse, elle lui dit qu'il est méchant qu'elle a juste très envie de lui que ce n'est pas sa faute.
Il la câline en lui disant qu'il a aussi très envie d'elle mais que maintenant ils doivent aller rejoindre leurs amis, qu'il n'a même pas encore été les saluer. Il embrasse son front en lui conseillant de sa tenir à carreau.
Résignée elle le suit et tente de maquer sa frustration.

Il salut l'assemblé et puis s'assoit. Il voudrait qu'elle le rejoigne mais elle préfère pavaner dans tous les sens, lui jeter quelques regards provoquant, alors il saisi sa main au passage et la tire sur lui.
" Reste là maintenant ! "

Il ne reste pas indifférent à ce qu'elle lui a glissé à l'oreille en arrivant, lui aussi aimerait qu'ils soient seuls.

 La garce l'a excité, il se sent monter.

Elle veut aller aux toilettes, il lui demande si elle peut attendre un peu, discrètement.
Quand elle comprend que c'est pour cacher son érection, elle s'en amuse dans un premier temps, puis elle a l'idée de retirer son gilet et le poser sur lui quand elle se lève.
Avant de rentrer dans la maison, il lui fait un petit clin d'oeil complice.

A son retour, elle reprend place sur ses genoux. Tout le monde se met à parler, se raconter, rire...
Mais elle a la tête ailleurs, elle visualise tout un tas d'images obscènes, son souffle se fait plus rapide, elle fait glisser ses mains le longs de ses cuisses, commence à se cambrer.
Elle imagine son homme la retourner, lui retirant d'une traite sa culotte et la pénétrer profondémement.
Sans trop s'en rendre compte elle commence à onduler.
Pour la calmer de peur qu'elle ne se fasse repérer il lui enfonce ses ongles dans les cuisses, mais c'est trop tard son bassin danse et elle cherche à créer un aimant avec son bas ventre et son sexe qui s'agite.

Il lui tire l'oreille pour essayer de lui faire comprendre qu'il faudrait qu'elle arrête

Cela attire l'attention d'une amie : '' Ba alors elle fait déjà des bêtises ? '' dit elle joyeusement.

Il rompt le silence de l'assistance : " Bon je crois mes amis que nous avons une vilaine petite dévergondée qui si elle continue va finir au coin pour calmer ses ardeurs "
Elle sort immédiatement de ses rêveries, mortifiée et embarrassée.
Tous les regards se braquent sur elle, s'empourpre ne sachant plus que dire.

'' Tu ne veux pas leur expliquer ? '' , elle ne pipe pas mot. De petites curieuses tentent bien d'en savoir plus à coup de : " Ba oui dis nous " accompagné de tirage de langue.

Puis prise d'un regain de fierté elle bondit de ses genoux et retire son gilet mettant à la vue de tous la bosse sous le pantalon de son amoureux. Elle ajoute " Comment voulez vous que je reste tranquille moi avec ça ? " se planquant le visage dans son gilet, morte de rire.

Il se lève...

( à suivre )


9 commentaires:

  1. Eh bien ! Il fait très chaud, cet été, on dirait ...

    RépondreSupprimer
  2. Oui tres chaud !!!!
    Mais en meme temps il exagère comme si ces amis ne pouvant pas attendre !
    Tu as bien eu raison L

    RépondreSupprimer
  3. La suite la suite la suite ��

    RépondreSupprimer
  4. Merci à tous :)
    Pour la suite , un jour :p

    RépondreSupprimer
  5. En tous cas c'est une vraie petite vicieuse, montrer la bosse du pantalon de son homme après l'avoir chauffé à blanc, j'espère qu'elle va s'en prendre une sévère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah il abuse aussi, il lui fiche la honte quand même (ange)

      Supprimer

  6. Premier commentaire sur un récit que j’avais beaucoup apprécié à la première lecture. Je le trouve toujours aussi bien écrit aujourd’hui.

    Bon maintenant, il serait peut-être venu le temps d'écrire la suite...

    J'aimerai bien savoir si cette petite dévergondée va continuer, monsieur mettra-t-il ses menaces à exécution ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je fais jamais mes suites, je vais y penser. Pour toi <3

      Supprimer