mercredi 31 janvier 2018

Rien qu'un cri et quelques chuchotements...



C'est la deuxième fois que je me rendais dans ce club, soir de fête il y avait beaucoup plus de monde que la fois précédente.
Cela m'a grandement intimidé, et j'ai douté de vouloir jouer.

Tu m'as entrainé dans la salle où se trouve le banc à fesser, les gens restés en bas, mais je savais que ce serait de courte durée, on était les premier à donner du spectacle ce soir, on sera rapidement rejoint.

Tu n'avais pas pris tes jouets, alors après m'avoir fessé à la main, et tu as saisi ta ceinture.

C'est fou comme cet endroit ne m'inspire pas mes envies d'habitudes. Je n'ai aucunement envie de me faire gronder, fesser comme une petite fille. Pas ici. 
Non, là, je suis femme, totalement et entièrement femme. Je crois que j'accorde certainement trop d'importance aux regards pour m'abandonner à nos jeux ordinaires. 

Mais après tout ce n'est pas bien grave, il y a une multitudes de jeux, et ce soir là je m'en suis rendue compte.

Tu m'as attaché les mains et les cuisses, j'étais contrainte et à ta merci. Chouette !

Un premier couple nous as rejoint, j'ai voulu montrer que je n'étais pas une petite chose douillette, alors je t'ai provoqué pour que tu frappes bien plus fort. J'en ai redemandé toujours plus, j'étais partie.

Un homme a débarqué avec un flogger, il  a commencé à me fouetter avec. Son geste était bien plus lourd que le tient, qui se voulait plus progressif. mais ça me convenait.

Mes fesses, mes cuisses, mon dos tout y passe, et j'ai adoré ça.

La douleur m'enveloppe de sa chaleur et j'oublie peu à peu où je suis. 
Je ne pense plus au fait que je sois à demi nu devant des inconnus, après tout si ça ne leur plait ils n'auront qu'à aller jouer ailleurs. 

Un autre couple a débarqué, tu les as invité à jouer, tu m'as demandé tout de même si j'étais d'accord, j'ai acquiessé avec mon humour à la con, qui m'aide souvent à balayer mes craintes.

L'homme s'est saisi du flogger et n'a pas loupé sa cible.

J'ai peut être un peu trop frimer, car il ne m'épargne pas. Mon corps se crispe et mes cheveux me tiennent si chaud. 

Et puis Elle... 

L'homme continuait son oeuvre, et Elle s'est mise devant moi, s'est baissée.
Je l'ai vu à ce moment là, et Elle a pris mon visage dans ses mains et m'a embrassé.

Et juste ... juste... J'ai pas de mots pour expliquer ce que j'ai ressenti. 

Je sais que mes larmes ont coulés juste après ça, certainement le mélange entre la douleur et sa douceur.
La douceur de ses mains, de ses lèvres sur les miennes, de ses traits, de son regard ...

On m'a enfin libéré de mes attaches, j'en avais eu assez, du moins j'étais au début de mon grand chamboulement de la soirée.
Tu m'as demandé de remercier les personnes autour, j'étais stone, alors j'ai obéis.

Et puis Elle m'a empoigné mes cheveux, et m'a dit " On dit merci Monsieur, merci Madame "
Son charisme m'a soufflé sur place, aucun mot d'esprit, j'ai fait ce qu'Elle m'a dit.
Et puis Elle s'est mise à m'embrasser, mordre mon visage, je me suis retrouvée embarquée dans quelque chose de totalement inconnue pour moi.

La seule chose que j'ai réussi à lui dire, c'est que je la trouve magnifique, en mode cartoon. 

Elle m'a demandé si je voulais jouir, pour dire vrai je ne savais pas trop ce que je voulais, si ce n'est faire exactement ce que Elle voulait. alors j'ai dit oui.

J'aurais fait n'importe quoi à ce moment là.

Je me suis retrouvée dans la salle docteur du club, cette salle n'a aucun pouvoir fantasmatique sur moi, mais j'ai suivi, impressionnée , intimidée et conquise.
J'ai retiré mes chaussures, puis mon collant. On m'a allongé. C'est là que mon coeur s'est quelque peu emballé.

Qu'est-ce que je fiche là ? 

Je pense ne pas avoir été loin de la panique, son partenaire m'a mis mon collant sur les yeux.
J'ai reçu des coups de flogger, sur mes seins, mon ventre, mes cuisses.
J'ai dit un " aie " , et l'homme m'a dit : " On ne dit pas aie on dit merci " , du coup je n'ai plus rien dit.
Elle m'a dit " Accepte ton sort " , de me détendre.
L'homme jouait avec mes seins, et la femme avec mon intimité. Le propriétaire du flogger était à ma gauche, je crois que sa présence finalement a tout bloqué.

Je n'ai pas réussi à jouir, j'étais trop stressée et impressionnée. Je le regrette mais bon... 

Ils sont partis.

Je les ai recroisé quand nous sommes redescendu dans la salle principale. Tu m'as demandé d'aller la remercier, je t'ai répondu que je l'avais déjà fait.
Et Elle s'est approchée de moi, peut être avait elle compris ma timidité qui ce soir là me paralysait. Elle m'a embrassé, et m'a demandé si je voulais recommencer. Bêtement j'ai dit que pour ce soir ça irait, elle m'a dit " pas forcément ce soir "
Je suis restée muette.
Cette femme m'a renversé la tête et je ne m'y attendait tellement pas.

Nos chemins se sont perdus là...

Mais une question depuis ce soir là reste imprimée sur mes lèvres

Qui est Elle ? 

( Ce récit sera certainement le moins intéressant littérairement parlant, mais je l'ai promis. Dans ma tête cette expérience restera une sacré souvenirs dont je tais véritablement le chamboulement qu'Elle a provoqué ) 



22 commentaires:

  1. jolie expérience... impressionnant, on s’y croirait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'était une très chouette expérience :)
      Merci de votre passage.
      L.

      Supprimer
  2. Je ne sais pas si c'est moins intéressant littérairement parlant, mais ce que je sais, c'est qu'émotionnellement, il passe quelque chose de très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon alors si j'arrive à partager un peu d'émotions tout va bien. Même si je trouve le récit un peu plat dans le sens où j'ai l'impression de faire une suite de faits ... Après c'est peut être parce que je connais l'écart entre ce qui est écrit et ce qu'il y a eu dans ma tête :)

      Merci :)

      Supprimer
  3. Moi je suis super déçue de ce que je lis. Je devais avoir l'exclusivité sur ce texte ☹️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohhhh :( j'ai oublié ce détail :/
      Je t'en ferai un pour toi avec 24h d'exclu ça te va ?

      Supprimer
    2. T'as plutôt intérêt !!!!

      Supprimer
    3. Sinon, bah tu vas attendre pour avoir mon avis étant donné qu'on a dû patienter gentiment pour avoir ce récit :D

      Supprimer
    4. attends que je cause au sosie, toi !

      Supprimer
  4. Ouahou ! (oui c'est plat je sais) Que d'émotions. Heu, c'est quoi, un flagger ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. flogger , une sorte de martinet avec pleins de lanières. Google est ton ami :p

      Supprimer
  5. Superbe témoignage
    Très émouvant...

    RépondreSupprimer
  6. Enfin... Mais il est parfois intéressant de savoir être un peu patiente.

    J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ton texte.
    Même s'il n'est pas toujours facile de retranscrire ses émotions sur une feuille blanche, tu as été capable de nous en transmettre beaucoup par tes mots...

    Belle expérience, riche en émotions :)

    Je ne signerais pas celui-ci mais je suis certaine que tu seras assez perspicace pour savoir de qui il vient ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patiente ? On frisait le harcèlement :p

      Bon si t'es contente c'est cool.
      Bisous vilaine anonyme adorée

      Supprimer
  7. Un joli récit, on vibre de concert avec vous. Merci de ce délicieux partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre passage et le compliment. Bises

      Supprimer
  8. Merci pour ce partage. Intéressante dualité entre le plaisir et le feu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi dualité entre plaisir et feu ?

      Supprimer
  9. J'ai chaud tout d'un coup moi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sors de dessous ta couette bon sang de bonsoir : p
      (Kiss)

      Supprimer